Photo: Yves Lacombe

Chères lectrices,
chers lecteurs,

Si vous souhaitez organiser une rencontre avec moi, communiquez avec mon éditeur en cliquant ici.

À propos de Rougir 2
À propos du Miroir de Carolanne
À propos de Rougir 1
  • Entrevue sur les ondes du 93,3 FM à Québec, à l'émission de Gilles Parent. 
  • Entrevue à l'émission Le 5 à 7 sur les ondes de CHOI 98,1 FM Radio X.
À propos de la collection Oseras-tu?
  • Catherine Girard-Audet a suggéré la collection Oseras-tu? à l'émission On aura tout lu, le 26 juin, à Radio-Canada.
À propos du Vertige de Gabrielle
«(...) Marie Gray, arrive avec brio à trouver les bons mots pour parler de la grossesse chez les adolescentes, un sujet qui n'est jamais facile à aborder, mais sans se vouloir moralisatrice ni trop indifférente. L'histoire de Gabrielle est une belle histoire d'amitié, d'amour, de passion, de valeurs familiales et de choix déchirants...» Anne-Marie Lobbe, Journal de Montréal, 8 janvier 2011

À propos du Roman de Cassandra

«Les mots sont justes, les intrigues, prenantes, et l'espoir, toujours présent.» Magazine Coup de pouce (mars 2011)


À propos du Coeur perdu d'Élysabeth

À propos de La Première fois de Sarah-Jeanne

« Il est si difficile de trouver le ton juste qu’il faut apprécier comme une heureuse anomalie le récit que propose Marie Gray aux adolescents. » Laurent Laplante, Nuit Blanche, no 116, octobre, novembre, décembre 2009.

« (...) l'auteur d'Histoires à faire rougir excelle dans la description des scènes sexuelles, elle développe très bien le thème du désir : les scènes s'avèrent justes, explicites, mais jamais vulgaires. (...) La jeune lectrice y trouvera des références en matière de sexualité, mais également un encouragement à respecter ses valeurs et son identité. Ce roman pourra faire réfléchir sur les réalités actuelles des adolescents. C'est un bon outil de prévention qui permet de prendre conscience des risques auxquels ils peuvent être exposés. » Lurelu, volume 32, no. 2, automne 2009

« Contrairement aux filles sexy et délurées de son école, Sarah-Jeanne a une tête sur les épaules. C’est une adolescente sensible, responsable, qui sait distinguer l’être du paraître, qui possède de bonnes valeurs et apprend de ses erreurs. Bref, elle pourrait devenir un modèle pour les adolescentes d’aujourd’hui. » Nathalie Ferraris, Le Libraire no 51, jan-fév. 2009

« Elle appelle les choses par leur nom et c'est bien comme ça. Parce que nos jeunes sont confrontés à tellement de choses à la télé, dans les magazines. » Anne Michaud, Bernier et cie, 24 mars 2009

« ... c’est un roman d’une belle qualité, une fiction bien sûr, mais qui reflète très bien la réalité. C’est « La Première fois de Sarah-Jeanne », mais on peut tout aussi bien imaginer, Sophie, Marie-Ève, Geneviève… tant le récit est vrai. Un livre qui, à travers la romance, parle des dangers des abus sexuels. Sans employer un ton moraliste, mais plutôt en emmenant les jeunes à réfléchir aux dangers, et ce, de la meilleure façon qui soit, en écrivant sur leur monde, le monde dans lequel ils vivent. » Loube, LBR.ca 

À propos des Histoires à faire rougir

« D'une nouvelle à l'autre, Marie Gray plonge les lecteurs dans un univers adroitement circonscrit, avec des personnages bien dessinés, précisément situés dans l'espace et dans le temps, et qui jouent leur rôle avec tout ce qu'il faut de panache. » Julie Sergent, Voir

« Des scènes de la vraie vie, comme ceux qu'elle rencontre se plaisent à les lui raconter... des récits fort inventifs...  »
Annick Charrette, Elle Québec

« Car le plaisir du lecteur, ici, ne se résume pas exclusivement à celui de chair qu'il partage, en imagination, avec les différents protagonistes, mais se situe également au niveau intellectuel avec ces petits bijoux de trouvailles que l'ouvrage lui réserve. »
Pierrette Roy, La Tribune de Sherbrooke

« Des personnages plus vrais que nature... Le ton adopté ressemble parfois à s'y méprendre à celui employé par une amie faisant joyeusement le récit de ses dernières aventures. Plusieurs nouvelles écrites au « je », on s'y croirait presque ! » Guylaine Rondeau, Voir

Dernière mise à jour 16 février 2012